27/03/2015 - Honoraires : un tiers des agences immobilières hors-la-loi

Alors que la loi Alur instaure l'encadrement des honoraires d'agence, un tiers des enseignes immobilières ne le respecte pas.

C'était une mesure phare de la loi Alur, votée il y a un an. Les frais d'agence au moment de la location d'un logement, parfois faramineux, sont depuis septembre plafonnés, avec un prix fixe par m2 de l'appartement ou de la maison convoitée. Cependant, la mesure est inégalement appliquée selon une enquête publiée mercredi menée par l'association de consommateurs CLCV et qu'Europe 1 et Le Monde ont pu consulter en exclusivité.

Un tiers des agences dans l'illégalité. Un tiers des agences ne plafonnent pas leurs honoraires en continuant à demander l'équivalent d'un mois de loyer à leurs clients. Dans les villes du sud, c'est pire car plus de la moitié des agences ne respectent pas l'encadrement. Or, il existe désormais un prix fixe par m2 : 12 euros à Paris, 10 euros dans les villes où il y a des difficultés de logement comme Bordeaux ou Nice, 8 euros dans les villes où il n'y a pas de pénurie de logement comme Cahors ou Metz.

Frais divisé par deux. L'encadrement des loyers a permis à Paris de diviser les frais d'agence par deux. Si vous louez un studio de 20 m2 pour 584 euros par mois, les honoraires étaient avant de 584 euros, désormais, il doit vous en coûter "seulement" 540 euros.

La CLCV réclame "des contrôles massifs". "C'est absolument inadmissible en tant que tel car on n'est pas sur une minorité", explique à Europe 1 David Rodrigues de la CLCV. "Au bout de six mois, les professionnels ont largement eu le temps de se mettre en conformité, d'adapter leur logiciel à part une volonté délibérée soit d'ignorer le texte, soit de la violer en toute connaissance de cause", déplore-t-il. Il réclame par conséquent "des contrôles massifs qui soient effectués sur tout le territoire". 

par Carole Ferry et Noémie Marois

 

Historique

2019

2018

2017

2016

2015

2014

2013

2012

2011