02/07/2012 - Sécuriser son habitation avant les vacances.

Systèmes d’alarme, télésurveillance… les solutions de protection se sont multipliées ces dernières années. Mais toutes ne se valent pas.

Avec plus de 200.0000 cambriolages recensés chaque année, le marché des systèmes d’alarme et de télésurveillance à domicile a le vent en poupe. Près de deux millions de foyers sont déjà équipés, en croissance de 10% sur un an.

Surfant sur ces statistiques, les professionnels ont poussé comme des champignons ces dernières années. On recense actuellement plus de 9500 acteurs - réseaux nationaux et locaux -, selon une récente enquête du magazine 60 millions de consommateurs. Un marché juteux qui attire aussi les margoulins de toutes sortes…

Pour faire le tri, assurez-vous tout d’abord que les sociétés disposent des bonnes certifications. A l’image des labels Qualifelec ou Qualibat pour les artisans, les bons professionnels disposent de la qualification Apsad : elle atteste du savoir-faire de l’entreprise et garantit qu’elle dispose des assurances requises. Gage de sécurité supplémentaire : adressez-vous à des spécialistes agréés par le Groupement professionnel des métiers de la sécurité électroniques (CPSME), qui répondent à une charte de déontologie bien précise.

Optez pour une offre qui correspond vraiment à vos besoins. Vous pouvez, par exemple, vous contenter d’un simple système d’alarme, sans service annexe. La plupart des grandes marques (Securitas, Somfy) commercialise en grande surface des kits à monter soi-même: pour près de 1500 euros, vous disposerez ainsi d’un pack comprenant une sirène, un détecteur d’ouverture, ainsi que deux détecteurs de mouvement (à installer dans les pièces principales de la maison). Et si vous n’êtes pas bricoleur, sachez qu’il est aussi possible de faire directement appel à ces professionnels pour une installation gratuite à domicile : un service sur-mesure facturé entre 1500 à 2000 euros.

En cas d’intrusion, la sirène se met en route et la centrale contacte 2 à 3 numéros de téléphones - voisins, amis – de votre choix. Economique, cette solution convient notamment aux particuliers qui ont seulement besoin de protéger leur résidence principale quelques semaines par an…

De plus en plus de foyers choisissent toutefois de relier leur système d’alarme à une station de télésurveillance. Moyennant un abonnement de 20 à 30 euros par mois, une société contrôle toutes les intrusions : lorsqu’un mouvement suspect est détecté, un agent compose le numéro de votre habitation afin de vérifier si vous êtes bien présent (un mot de passe est demandé). Si l’effraction est constatée, il alerte les forces de l’ordre.

Attention, tous les contrats ne se valent pas. Certaines offres – Securitas Direct, Sespad Daitem – intègrent des détecteurs d’images permettant de photographier les éventuels intrus. Les meilleurs contrats incluent aussi l’envoi d’un agent d’intervention, dont la mission consiste à sécuriser les lieux au plus vite. « Vérifiez que le gardien missionné est situé à proximité de votre pied-à-terre, ce qui n’est pas toujours le cas », conseille Patrick Lanzafame, vice-président du Groupement professionnel des métiers de la sécurité électroniques. Il peut ainsi arriver que des équipes soient dépêchées sur place plus d’une heure après l’alerte.

Enfin méfiez-vous des packages à prix cassés, la dernière tendance du moment. Certains spécialistes commercialisent des offres tout compris - matériel, télésurveillance - pour seulement 20 euros par mois. Problème : ces formules de base facturent beaucoup de prestations hors forfait (intervention, liaison téléphonique entre l’alarme et la station…). En outre, l’obligation de louer le matériel fait vite gonfler la facture au bout de quelques années

Historique

2019

2018

2017

2016

2015

2014

2013

2012

2011