27/04/2015 - Les prix de l'immobilier ancien ont baissé de 2,4% en 2014

Selon les données des notaires de France, les prix dans l'immobilier ancien ont reculé de 2,4% en moyenne, une tendance plus marquée en province qu'en Ile-de-France. Les zones rurales et les secteurs fortement pourvus en résidences secondaires souffrent davantage.


La baisse des prix de l'immobilier ancien s'est accentuée en 2014. D'après les statistiques des Notaires de France dévoilées lundi 13 avril 2015, les prix de vente ont reculé de 2,4% en moyenne l'année dernière. Cette tendance touche de manière homogène les maisons (-2,4%) comme les appartements (-2,5%). Pour rappel, les prix des appartements anciens avaient cédé 1,7% en 2013, tandis que le marché des maisons subissait un repli de 1,8% en moyenne.

-10% sur les appartements à Saint-Etienne, Reims, Toulon

Dans le détail, la diminution des prix est plus ou moins sensible en fonction de la localisation. « Il se confirme que les prix baissent légèrement dans les agglomérations mais de manière plus significative dès lors que l'on s'en éloigne », expliquent les notaires dans leur note de conjoncture. Ainsi, les centres urbains, davantage recherchés par les acquéreurs, résistent mieux que les zones rurales peu demandées. « On constate par ailleurs dans certaines d'entre elles qu'aucune transaction immobilière ne se réalise, pointent les notaires. Qui n'a pas récemment remarqué dans des régions rurales isolées une multitude de panneaux « À VENDRE », voire un habitat à l'abandon ? »

Pour autant, certaines villes ont aussi subi de violentes chutes en 2014 : sur le marché des appartements, les prix sont tombés de 13% à Caen (1.850 euros/m²), de 11,2% à Toulon (2.040 euros/m²), de 11,1% à Reims (1.930 euros/m²) ou encore de 10,1% à Saint-Etienne (1.000 euros/m²). A contrario, ils ont gagné 3,3% à Toulouse (2.570 euros/m²) et 2,5% à Strasbourg (2.460 euros/m²).

 

 

 

 

 

 

Historique

2019

2018

2017

2016

2015

2014

2013

2012

2011