12/11/2014 - L'immobilier parisien baisse encore

Les prix de l’immobilier parisien ont continué à se contracter au mois d’octobre. La baisse reste très modérée (-0,1%) mais marque surtout l’absence de rebond du marché à court terme après des baisses significatives en août (-1,5%) et septembre (-1,0%).

Paris redeviendra-t-elle progressivement une ville à l’immobilier abordable ? Les prix de « l’ancien » dans la capitale n’en finissent plus de baisser, bien que le mouvement semble perdre de son ampleur. Avec une contraction de 0,1% le mois dernier, le prix moyen du mètre carré parisien se situe désormais à environ 7840€ au mois d’octobre.

Forte baisse de la demande

À en croire le baromètre du site MeilleursAgents.com, la tendance baissière devrait se poursuivre dans les mois à venir. Le constat est simple : il n’y a plus assez d’acheteurs face au nombre de vendeurs pour soutenir les prix.

Pour l’ensemble de la France, il y aurait désormais 2 vendeurs pour 1 acheteur dans le domaine de l’immobilier. Un rapport extrêmement faible alors qu’en 2011, le même indicateur reflétait une situation opposée de 3 acheteurs pour 1 vendeur.

En ce qui concerne Paris, le curseur entre acheteurs et vendeurs est exactement à l’équilibre : 1 vendeur pour 1 acheteur, alors que l’on était encore à 6 acheteurs pour 1 vendeur il y a trois ans. De quoi maintenir les prix à leur niveau actuel ? Non, prévient MeilleursAgents.com : les prix auraient tendance à diminuer tant que le rapport est en-dessous de 2 acheteurs pour 1 vendeur.

En cause : toujours la même prudence

Les raisons de cette faible demande semblent toujours être les mêmes. Le manque de dynamisme économique en Europe n’incite pas les particuliers français et étrangers à acheter, et donc à soutenir la hausse des prix.

À Paris en particulier, la valorisation de l’immobilier reste toujours très élevée malgré les récentes baisses : son potentiel de croissance est donc limité et incite à la prudence. La faiblesse des taux pratiqués par les banques ne parvient pas à inverser la tendance malgré leur arrivée à des niveaux historiquement bas.

Disparités entre arrondissements

Ces chiffres sont une moyenne et chaque arrondissement connaît ses propres variations. Les prix en banlieue parisienne, quant à eux, suivent une tendance légèrement plus marquée avec une contraction des prix de 0,4% au mois d’octobre.

BOURSORAMA 10/11/2014

Historique

2019

2018

2017

2016

2015

2014

2013

2012

2011