18/07/2014 - Immobilier : plus on met de temps à vendre, plus le prix baisse

Le marché immobilier fonctionne aujourd’hui comme celui des enchères inversées. Plus on met de temps à vendre et plus le rabais qu’il faut consentir est important.

Les vendeurs ont aujourd’hui tout intérêt à mettre les biens en vente «  au prix du marché  ». Les professionnels de l’immobilier le répètent tel un nouveau mantra. Et les plus avisés ont tout intérêt à choisir l’estimation la plus basse pour ne pas rester avec leur maison ou leur appartement sur les bras... a fortiori s’ils ont pris le risque d’acheter avant de vendre et de souscrire un crédit relais. La preuve ? Elle nous est apportée par Proprietes-prives.com et Paradissimo. Respectivement l’ agence immobilière on line et site d’ estimation en ligne , ces sociétés ont mis au point un baromètre analysant la baisse des prix des biens immobiliers par rapport à leur date de mise en vente.

Construit sur la base de 1.500 ventes réalisées sur la France entière sur une année, hors Paris et région parisienne, le baromètre prend en compte la date du mandat et le prix souhaité ainsi que la date du compromis et le prix de la transaction. Il permet notamment d’estimer la baisse des prix de vente dans la durée par rapport au mandat d’origine.

Un baisse de 18 % en 180 jours

L’étude, qui porte sur le premier trimestre 2014, affiche une tendance très claire : la baisse de prix est très étroitement corrélée à la durée qui s’écoule entre le mandant et le compromis . Ainsi, lorsque cette durée est de moins de 90 jours, la baisse est en moyenne de 7 %, lorsqu’elle se situe entre 90 et 180 jours elle grimpe à 10 %. Enfin, si la durée est supérieure à 180 jours, la négociation est en moyenne de 18 %. « Si la moyenne maximale n’atteint ‘que’ 18 %, les biens voient, dans certains cas, leur prix baisser de plus de 30 % voire être divisés par deux », explique Sylvain Casters, fondateur et président de Proprietes-privees.com.

Le baromètre révèle en outre un léger allongement du délai de vente. En 2013, 54 % des ventes avaient été réalisées dans les trois mois suivant la signature du mandat. En 2014, ce chiffre chutait à 45 %.

Ni le haut de gamme, ni la capitale ne sont épargnés par l’allongement des délais de vente. Pour Frank Sylvaire et Paulo Fernandes, directeurs associés de Paris Ouest Sotheby’s International Realty, spécialistes des marché de l’ouest parisien, les délais de vente se sont rallongés de 1 à 6 mois entre 2013 et 2014. Toutefois, un bien au prix du marché ne reste pas longtemps à la vente. Il se vend en moins de 3 mois si son prix est à moins de 7 % de son prix marché. Tous les biens en vente depuis plus de 3 mois sont les témoins de prix hors marché. « Dans l’ouest parisien, pour un bien inférieur à 150m², de 3-4 chambres, la vente est plutôt rapide : il faut compter 1 mois en moyenne. Un appartement familial de 80 m² avec deux chambres s’est récemment vendu en moins d’un mois. Pour un bien supérieur à 200 m², la vente est beaucoup plus longue et il faudra compter entre 6 mois et 1 an et demi environ sauf s’il est présenté à un prix réaliste, auquel cas il ne faudra compter que 4 à 6 mois. Pour les biens à 15-20 millions d’euros, il y a moins d’acheteurs et ils sont plus exigeants, donc les délais plus longs », affirment-ils.

Et même sur le marché de l’immobilier de prestige, les négociations sont rudes. « La marge de négociation est large, entre 5 et 25 %, surtout s’il y a des défauts : appartement situé au rez-de-chaussée ou 1er étage, mauvaise exposition, travaux nécessaires... Mais la moyenne se situe majoritairement autour de 10-15% », affirment Frank Sylvaire et Paulo Fernandes.

les Echos - 17/07/2014

Historique

2019

2018

2017

2016

2015

2014

2013

2012

2011