20/01/2014 - Immobilier : les vendeurs sont plus nombreux que les acheteurs

Une récente étude mesure le rapport de force entre acheteurs et vendeurs. Et anticipe une possible baisse des prix de plus de 7% en France, de 5 à 7% à Paris ou Lyon et de 7 à 10% à Marseille cette année.

Il s'agit donc de mesurer la pression immobilière. L'idée est simple: elle consiste à comparer le nombre d'acheteurs et de vendeurs dans une ville ou un département à un moment donné, afin de savoir comment les prix vont évoluer. «C'est un peu comme observer la pression atmosphérique pour donner des prévisions météorologiques» explique Sébastien de Lafond.

Selon les calculs du site, quand l'indice est inférieur à 2 (deux acheteurs pour un vendeur), les prix vont baisser. Pour que les prix restent stables, il ne suffit en effet pas d'avoir un acheteur pour un vendeur, comme on pourrait le penser intuitivement. «Il n'est pas sûr qu'avec dix acheteurs et dix vendeurs face à face, les transactions se fassent. Les acheteurs n'auront pas tous envie d'acheter justement les biens qui sont proposés». Avec ce nouvel indice, le site ambitionne d'anticiper l'évolution des prix à six mois.

«Les acheteurs sont vraiment en bonne position pour négocier»

Nulle part on ne trouve plus de 2 acheteurs pour un vendeur. Alors qu'en 2010, il y avait 3 acheteurs pour un vendeur selon le site, celui-ci estime qu'aujourd'hui qu'il n'y en a plus que 0,8 dans les grandes villes et 0,5 en zone rurale... Les prix devraient donc baisser significativement.

Dans les grandes villes françaises, c'est à Marseille, Nice, Strasbourg ou Reims que les vendeurs rencontrent le moins d'acheteurs. À Marseille, il n'y a plus par exemple que 0,8 acheteur pour un vendeur. En revanche, à Paris, Lyon, Toulouse, Bordeaux et Nantes la situation est moins déséquilibrée (1,2 acheteur par vendeur à Paris).

À taux d'intérêt stables, les prix devraient baisser de 5 à 7% à Paris et Lyon selon meilleursagents.com dans l'année qui vient. Le recul devrait être plus fort à Marseille (-7 à -10%). Pour la France, le site table sur un recul supérieur à 7%. «Les acheteurs sont vraiment en bonne position pour négocier», conclut Sébastien de Lafond. Les calculs s'appuient sur les données du site qui revendique un million de visiteurs uniques par mois et 150.000 estimations en ligne par mois (la moitié par des particuliers qui veulent vendre ou acheter un bien, les autres étant de simples curieux). «Des données qui sont statistiquement représentatives du marché», assure Sébastien de Lafond.

Le Figaro - janvier 2014

Historique

2019

2018

2017

2016

2015

2014

2013

2012

2011