12/03/2013 - Hausse modérée des taux

Près de 30 % des banques ont relevé leurs taux d'intérêt des crédits immobiliers début mars. C'est le constat dressé par Meilleurtaux.com pour son baromètre mensuel. Seulement 10 % des banques ont baissé leur taux, signe que « le mouvement de baisse généralisée des taux semble toucher à sa fin ». Le courtier en ligne avait déjà entraperçu le phénomène lors de la publication de son baromètre précédent , mais depuis quelques jours, le mouvement de remontée des taux semble s'amplifier, même si la hausse reste modérée, de l'ordre de 0,06 % en moyenne. Les taux moyens demeurent d'ailleurs à des niveaux bas, notamment le taux à 20 ans qui affiche un plus bas historique à 3,40 %. En moyenne, on peut emprunter à 3,07 % à 15 ans, à 3,75 % sur 25 ans et à 4,27 % sur 30 ans.

Faire jouer la concurrence

« Chaque année en mars, mois traditionnellement propice à l'achat immobilier, les banques proposent des taux en baisse. Si en 2013 plusieurs d'entre elles remontent légèrement leurs taux après avoir consenti d'importantes baisses ces 12 derniers mois, les taux restent globalement stables ce mois-ci mais les écarts se creusent d'une banque à l'autre. Que l'on veuille actuellement acheter ou renégocier, il faut faire jouer la concurrence, » insiste Hervé Hatt, le directeur général de meilleurtaux.com.

Moins de renégociation

Autre tendance, les demandes de renégociation de taux sont en forte baisse en février. Il y en a eu deux fois moins qu'en janvier, mois record. Une tendance confirmée récemment par ACE Crédit . Selon Meilleurtaux, 17.000 demandes ont été déposées sur le site, contre 32.000 en janvier, mais les renégociations représentent encore près de 42 % des dossiers. Enfin, le courtier constate une hausse de 7 % en février (sur un an) des demandes de crédit immobilier avec compromis de vente signé, « témoignant d'un moindre attentisme des emprunteurs et d'un passage à l'acte d'achat ».

Les banques empruntent toujours à des niveaux bas

De son côté, le concurrent Empruntis parle plutôt de stabilité pour le mois de février, avec encore quelques baisses pour les emprunts à 7 ans. Il ne donne pas encore d'indications pour le mois de mars, contrairement à Meilleurtaux. Le courtier estime tout de même que les taux fixes vont rester bas dans les semaines à venir, compte tenu des conditions de financement des banques. « Paradoxalement la crise italienne profite à l'Etat français et donc aux banques françaises. Les investisseurs qui se méfient de la situation italienne n'ont finalement d'autres choix dans la zone euro que d'investir en Allemagne ou en France, seuls pays à garantir un risque limité mais un rendement qui reste intéressant, contrairement à l'Italie qui présente désormais un risque beaucoup trop élevé. C'est donc aussi simple que cela, la France bénéficie de la méfiance des investisseurs à l'égard de l'Italie. Aussi, tant que la situation italienne ne sera pas clarifiée avec un gouvernement stable et surtout qui continue de s'engager sur les réformes budgétaires, la France restera une place de choix, pour le moment, pour les investisseurs. Effet domino, si les investisseurs sont nombreux à prêter à la France, les banques empruntent facilement sur les marchés et les taux auxquels elles empruntent restent très bas, le particulier en bout de chaîne se voit ainsi proposer des taux très bas : CQFD », argumente Maël Bernier, directrice de la communication d'Empruntis.com

Moins de renégociation

Enfin l'Observatoire du Crédit Logement constate une poursuite de la baisse des taux d'intérêt en février, surtout pour l'achat dans l'ancien avec un taux moyen passé de 3,97 % en février 2012 à 3,08  % en moyenne un an plus tard. Les taux pour financer un achat dans le neuf ou pour des travaux sont plutôt stables maintenant après une forte baisse les mois précédents. « Les taux sont maintenant inférieurs à leur point bas de novembre 2010 (3,25  %). Par leur action sur les taux, les établissements de crédit s'efforcent toujours de soutenir l'activité de marchés en dépression », estime le Crédit Logement. L'année 2013 est d'ailleurs plutôt morose concernant l'activité de crédit immobilier. Depuis le début de l'année, « le total des prêts accordés est en recul de 27,2 % en rythme annuel. Néanmoins, la chute de la production de crédits paraît terminée et le total des prêts accordés semble maintenant se stabiliser ».

Les Echos 5/03/2013

Historique

2019

2018

2017

2016

2015

2014

2013

2012

2011